Microferm : quels sont ses avantages ?

Microferm

Le microferm est une solution liquide qui possède plusieurs tâches. Il colonise les plantes et le sol avec des micro-organismes bénéfiques. Mais cette solution peut également coloniser des matières organiques comme les restes alimentaires ou les déchets verts. Ce qui limite fortement les odeurs présentes dans l’environnement et les mouches.

Quelques notions sur la solution microferm

Le Microferm est une combinaison liquide de bactéries, de champignons et de levures. Ce mélange de micro-organisme stimule la décomposition de matière organique par fermentation. Le microferm peut être utilisé sur l’écurie, sur la prairie et sur le tas de fumier. Suivant la théorie de la dominance, cette solution liquide supprime les micro-organismes nuisibles. Un processus de maturation transforme les matières organiques du fumier, de la litière et des déchets verts en nutriments simples à assimiler. Afin d’éviter des phénomènes tels que les émanations d’ammoniaque, ces substances organiques entrent en compétition avec les bactéries de putréfaction et les agents pathogènes tout au long de ce processus. Grâce à ce traitement, le fumier devient un produit très important pour le sol et la pression de l’infection dans l’étable est diminuée.

Suppression des mouches et des odeurs fortes dans l’écurie

Une grande biodiversité et un équilibre naturel sont produits par le microferm dans l’écurie. Comme la pression infectieuse est réduite et que la résistance et la vitalité du cheval sont accrues, les dépenses de santé sont réduites. Pour le traitement du fumier, le microferm fournit une solution naturelle. Il participe à une meilleure décomposition des matières organiques en étant pulvérisé sur la litière. Les émissions d’ammoniaque baissent considérablement puisque le pourrissement n’existe plus. Dès lors, l’écurie présente moins de maladies respiratoires et des mouches. Les chevaux urinent fréquemment à l’endroit même où ils vont ensuite se nourrir. En conséquence, l’herbe se raréfie ailleurs et des « plaques de fumier » d’herbe luxuriante apparaissent dans les pâturages des chevaux. Il est nécessaire de faucher et de herser régulièrement les pâturages pour éviter ce phénomène. Le fumier et les déchets verts couvriront l’ensemble du pâturage en une couche égale, ce qui permettra le développement d’une couche de végétation normale. L’utilisation du microferm pendant et après le hersage ou le fauchage permet d’accélérer la décomposition du fumier et le déroulement des déchets verts de manière efficace. La couche végétale en bénéficiera, car les éléments nutritifs du sol seront disponibles plus rapidement.

Le Microferm permet un stockage optimal du fumier

Bokashi signifie « matière organique bien fermentée » en japonais. La fermentation est un procédé de conservation ancestrale dans laquelle la substance organique fait l’objet d’une prédigestion par les micro-organismes efficaces dans un environnement pauvre en oxygène. Ce qui en résulte un humus de longue durée riche en substances bioactives et en nutriments. Réparti sur le pâturage, cet humus rend la vie dans le sol active tout en apportant un engrais naturel. Cela permet l’amélioration de la qualité de l’herbe et celle de la couche végétale. De la sorte, le bokashi a un effet direct sur la santé du cheval. Comme le microferm permet aux matières de se dégrader par fermentation ou par compostage, il contribue à la colonisation des sols fertiles et stériles avec plusieurs micro-organismes naturels sans OGM. Le microferm permet d’optimiser le recyclage des nutriments. Il stimule également la résistance naturelle des plantes, du sol et des animaux tout en augmentant la biodiversité. De plus, cette solution est 100 % naturelle et ne présente aucun danger pour l’homme, les animaux et les machines. Quant à son utilisation, il suffit de le diluer dans l’eau avant tout emploi.

Quelques conseils pour utiliser le microferm dans le jardin

L’utilisation du microferm permet de lancer le processus de fermentation dans un milieu sans oxygène. Il s’agit d’une méthode de conservation traditionnelle qui préserve l’énergie, les nutriments et la matière. Le sol a ainsi un apport plus important tant au niveau quantitatif qu’au niveau qualitatif. Une décomposition plus efficace restreint la formation d’ammoniaque, ce qui évite ainsi la présence de mouches associées et des odeurs. Des micro-organismes constructifs peuvent être développés grâce à l’utilisation répétée du microferm. Ce dernier peut être appliqué sur le potager, le sol et les plantes. Pour ce faire, il suffit d’arroser régulièrement les pelouses et les plantes avec le microferm afin de contribuer au développement des micro-organismes constructifs. En ce qui concerne les étangs et les bassins, il est recommandé de diluer annuellement le microferm d’un pour mille environ, pour rééquilibrer les mauvais et les bons micro-organismes. Le microferm assurera une meilleure dégradation de matière organique ainsi qu’un développement équilibré des plantes pour obtenir une quantité contrôlée de vase au fond des étangs. Quant au compostage utilisé sur le tas de fumier ou sur le compost, le microferm offre un compostage plus court et d’une excellente qualité. Enfin, pour les animaux, il suffit de diluer le microferm dans un flacon pulvérisateur et de vaporiser sur la litière, le poulailler et le pelage des animaux pour combattre les mauvaises odeurs.

Prendre soin de son cheval avec la phytothérapie
Comment installer des dalles de stabilisation ?